blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

les souvenirs et les pensées de Roger Bernard...

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

Roger Bernard et ses souvenirs: Roudouallec, Pont-Moor, Paris
et d'autres grandes villes!
La Terre,la Mer,le Ciel. . .

Roger Bernard et ses souvenirs: Roudouallec, Pont-Moor, Paris et d'autres grandes villes! La Terre,la Mer,le Ciel. . .

Blog dans la catégorie :
Actualités

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

les souvenirs et les pensées de Roger Bernard...

 

 
L'ancien blog de Roger est le suivant:
 
 
qui est toujours accessible
en cliquant sur ce lien
ou en programmant cette adresse-mail.
Merci à vous pour votre gentillesse.
                               
Roger BERNARD, Paris.
 
nombre de visites au Mardi 20 Juin 2017 :  4328.

 

vertige....

 

 

C'est comme un vertige qui fait choir le cerveau,
Une déconnexion qui mène à l'évasion,

Une vision fugitive à s'élever plus haut.
C'est ainsi que commence une suite de mots.

Perdus dans les nuages, et cueillir les plus beaux.

Ils scintillent et tournoient autour de mon berceau,
Comme des étoiles filantes; il n'est rien de plus beau!

Je reste à gésir et me fais tout petit
De peur de les faire fuir en m'éveillant la nuit

Car ce n'est qu'au matin, le cerveau étourdi,
Que je pose sur une page les étoiles de la nuit.


 

la Belette magnifique - jeudi 13 avril 2017 - Paris.

 

ici!...la mer est là!...

 

 
Je ne suis pas vraiment d'ici,
Ni même d'ailleurs non plus.
Mais qu'importe ce que je fus,
Il me reste des souvenirs.

J'en étale quelques uns ici;
Mais d'autres, je ne m'en souviens plus.
Il y a des trésors cachés,
De belles amoures que j'ai vécues.

Et de mauvaises rencontres aussi!
Qui m'ont laissé quelques blessures.
Mais j'ai toujours de bons amis
Pour lesquels j'écris aujourd'hui.

Ya pas de quoi faire un fromage,
Juste à écrire sur la page.
J'en ai des tas dans mon armoire,
Comme les pages d'un grimmoire.

Elles sont un peu dissolues,
Des pages détachées d'une revue.
Je vois que du temps a passé,
Mon bateau en a la coque usée!

Et maintenant, il reste à quai;
Peut-être sera-t-il musée?
Le borde est bien usé,
Mais la quille a résisté.

Alors il tiendra bien encore
Sur cales avec quelques accores.
Il a fini de prendre de l'eau,
Ya plus d'embruns sur ses hublots.

Ah! ce qu'il était beau avant!
Son étrave fendait l'océan!
A quoi bon revenir dessus,
Des amis ont quitté le bord.

Peut-être écrivent-ils aussi?
Tout comme moi leur belle vie.
Je ne fréquente plus les bistrots,
Il n'y a plus de matelots.

Rien que des amateurs de mer,
Qui bien-sûr vivent tous à terre.
Tout est beau devant la télé,
Aucun risque de démater!

C'est pourquoi je ne regarde pas
Tous ces bateaux sans coque en bois.
Ya aucun souci à se faire,
Pas une goutte d'eau dans la galère.

Il est fini, le temps d'antant,
A écoper bien trop souvent,
Comme je fais chaque jour maintenant.

 

 

déjàvu...

 

 
Toutchauddecemidi... Leslettresdemonordinateur.
Jevisnormalementsansêtrereclus; iln'yapasdemoulindansmavienonplus. Justeuneretraitetranquilledevantcetordi;
j'ycommetsquelqueslettresetsurtoutmefaisdusouci!
C'estunlivremoderneoùtoutestécrit,
despagessansnumérochargéesdetoutcequ'ilfaut. Icipasdeloupnidechèvrenimêmeunjardin!Etcetteforêtquiestsiloin!

 

des jours et des jours....

 

 
Le décompte de mes jours est bien avancé,
Je n'ai pas d'inquiétude,
J'ai du temps pour rêver
Même dans le fin-fond de ma solitude.

Mon sommeil est parfois agité,
Mais ce ne sont que par de bonnes pensées!
La sieste ne repose que le corps,
Et n'engage pas l'esprit
Qui a besoin de temps pour se refaire,
Lui-aussi.

Il est comme le soleil,
Qui jette quelques feux
Retombant parfois sous forme de récits.
Un mélange de ce qui fut,
Proche ou lointain,
Et qui vous aura plu ou déplu.

Ainsi des fééries de bonheur sans soucis,
Ou bien d'autres tracas qui vous gardent en émoi!
Vous réveiller heureux et souriant,
Ou d'autres fois encore suant et haletant.

Le sommeil a repris votre esprit,
Puis vous le rend propre et assaini.
La sieste n'est qu'un repos léger,
Où le corps se délasse sans esprit accordé;
Chacun va son chemin
Car le temps est compté,
Et qu'il va falloir bientôt se relever!


 
la Belette compte ses jours - 22 mai 2017 - Paris.