blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

les souvenirs et les pensées de Roger Bernard...

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

Roger Bernard et ses souvenirs: Roudouallec, Pont-Moor, Paris
et d'autres grandes villes!
La Terre,la Mer,le Ciel. . .

Roger Bernard et ses souvenirs: Roudouallec, Pont-Moor, Paris et d'autres grandes villes! La Terre,la Mer,le Ciel. . .

Blog dans la catégorie :
Actualités

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

les souvenirs et les pensées de Roger Bernard...

 

 
L'ancien blog de Roger est le suivant:
 
 
qui est toujours accessible
en cliquant sur ce lien
ou en programmant cette adresse-mail.
Merci à vous pour votre gentillesse.
                               
Roger BERNARD, Paris.
 
nombre de visites au Lundi 17 Juillet 2017 :  4448.

 

Il a sa rue près de chez moi.... C'est un voisin.... C'est......................

 

 
La Bruyère!!!....

1645 - 1696, qui est un homme de "caractères".
Je vais être un peu sévère, mais il le mérite bien! Tiens, il est tout comme moi: né un 17 Août, mais trois siècle auparavant!

Famille de fermier - roturier - apothicaire - petit bourgeois - Mais..... son papa est contrôleur général, et son tonton a du fric: rien n'est perdu! Ah!! l'oratoire...école apostolique, catholique, et même canonisée. Le haut du panier, en somme! Et puis de toutes façons, papa est là!

Un séjour à l'université ouvre quelques portes, et le tour est joué. Et pourquoi ne pas acheter une "charge", avec tout ce bonheur-là? Certes, il faut voyager jusqu'en Normandie pour avoir les clés! Ainsi que, et surtout, le titre d'Ecuyer et aussi quelque revenu! Alors comme ça, l'affaire est conclue.

Donc, un bref passage à Caen et retour à Paris avec tous (les - ses - ces) bénéfices (ça sent la magouille!).... Quelques ennuis plus tard, et la charge revendue (re-magouille) pour continuer à vivre; le voilà sous protection, ou mécénat, d'un homme du Roi!...

Maintenant, je comprends mieux les "caractères", "ses" caractères, car il a longtemps baigné dedans. C'est comme à la Bourse: je t'achète, tu me reprends....

Eternel gentilhomme domestique, c'est-à-dire attaché à une maison: pédagogue, écrivain parallèlement. Il a toujours dans la tête un petit grain de sable et de génie qui le rend insatisfait et le pousse à travailler.

Tant de travail!.... De misère!.... de Caractères!....

Moi, je n'ai pas de quoi acheter une charge; mais celle qui me fait écrire me suffit bien!


 
la Belette caractérielle - le 12 juin 2017 - Paris.

 

voyage au pays des simples....

 

 
Préambule.
Je suis las des rencontres où je n'existe pas car il me faut toujours entendre et rester coi. Oui, mais je suis adulte, et bien ouvert d'esprit; et je n'accepte pas. Beaucoup de mes vis-à-vis sont de grands ignorants; il règne partout en eux des vérités d'antan, des dogmes de l'église et des souvenirs d'enfant; tout un monde disparu depuis soixante-dix!


dévelopement.
Ils sont de vieilles souches indéracinables, ancrés dans leur terroir et bien insouciants des autres éléments. Ici, tout est immuable, comme le soleil se levant chaque matin et finissant sa courbe au bout de quelques champs.

Eux seuls règnent en maîtres et ignorent leurs tout proches voisins. Entrez dans leur jardin et toute une vie s'écroule car ils n'ont jamais vu un autre être humain.Les portes sont fermées et les volets clos. Seul, un brin de fumée sort de la cheminée.

Leurs yeux certainement vous guettent; mais vous ne voyez pas une fenêtre ouverte! Voyageur, ici tu n'es pas bienvenu! Tu marches sur mes terres et franchis mestalus. Voilà en quelque sorte tout un monde sauvage; il se rencontre encore dans les campagnes perdues.

Passez votre chemin, ne faites pas l'arrêt si vous venez de loin comme un Martien. Peut-être espériez-vous une halte tranquille dans une maison amie pleine de convives? Ici, il n'en est rien; vous êtes inconnu et le demeurerez par-delà les talus.

Indigne voyageur!...te voilà reparti! Je me sens maintenant plus tranquille dans ma petite vie.

 

la Belette à l'esprit simple - le 12 juin 2017 - Paris.

 

à Paris le matin....

 

 
Sur la ville qui s'éveille, se lève le soleil
Et les toits s'illuminent, arrosés de lumière.
Je marche lentement et regarde aux fenêtres
Pour y voir peut-être un effet apparaître.

Qu'importe le nom des rues car "je" suis le soleil!
Quelques autres passants comme moi déambulent
Vers les quais de la Seine où je vais maintenant.
Le soleil en son bain se miroite et reflète...

Toutes les paillettes d'or des rayons évadés...
Je vois sur Notre-Dame les vitraux scintillants
Qui exposent aux passants tout un monde vivant.
La lumière éveille le piéton en goguette!

 

Paris - Midi....

 

 
La foule est bigarrée sur les quais réchauffés,
Tous ces gens à guetter les sources de beauté.
Il faut lever la tête et parfois s'arrêter,
Prendre le temps de voir une chose inespérée.

Un simple éclat suffit, éclairant une lanterne,
Ou bien quelques dorures luisant sous le soleil.
Et même sous nos pieds, quelques traces usées
Des pierres d'autrefois, posées au temps des rois.

Le soleil est très haut et le monde s'arrête;
Une petite halte pour des pieds fatigués!
S'arrêter sur un pont pour un petit baiser;
Un moment de bonheur, de la foule isolés.

 

la Belette qui ne vous oublie pas.